dimanche 28 octobre 2007

Une brève histoire, des prix et un au revoir : macarons vanille pandan

Une heure de gagné grâce à l’hiver : c’est toujours ça de pris, et ça me laisse une heure toute entière de plus pour m’étendre de long en large et en travers de ce post.

Au sommaire, donc, ce dimanche : une brève histoire du macaron au pandan, des remerciements et des compliments, et un petit au revoir


Le macaron au pandan : sa vie, son oeuvre

Le macaron au pandan est le samedi 27 octobre 2007, et décédé ce même jour dans d’atroces souffrances.
Désiré et espéré depuis la nuit des temps, voire au moins trois mois, il est le fruit de l’amour et de l’acharnement thérapeutique, la maman chérissant l’idée de pouvoir un jour tenir dans ses bras une petite chose à croquer, ronde, et vert fluo – le lecteur à l’esprit vif se dit qu’elle aurait pu se contenter d’un télétubbies, mais, comme c’est un lecteur, il continue à lire sans interrompre, merci.

La maman du macaron au pandan n’avait pas inventé le fil à couper le beurre - ni le panier à linge sale d’ailleurs - mais elle avait la conviction que, si la nature était bien faite, le macaron et le pandan devrait naturellement être unis par des liens sacrés ; et puisque ce n’était pas ceux du mariage, ni ceux de Pierre Hermé, elle décida de faire des bébés toute seule.


Le ciel semblait lui indiquer de se raviser, et de se contenter de nourrir une douce rêverie, mais son désir irraisonné était tel qu’il tournait à l’obsession, et que son esprit vagabondait sans cesse : les passagers du métropolitain lui apparaissait sous forme de gros tas de poudre d’amande envahi par les mites alimentaires, les immeubles étaient des montagnes de blancs en neige, et elle se réveillait en sursaut, imaginant périr submergée dans un océan de ganache au pandan dont elle ignorait encore la composition.

Elle n’était plus en mesure de prendre des notes en cours, l’insoutenable légèreté de l’être marketing ne lui arrachait plus un gloussement, même lorsque des intervenants de qualité au moins label rouge déclarait que Mme Michu était perdue lorsqu’on transformait du jour au lendemain sa crème basique vieille peau en make me shine, et que « ne vous inquiétez pas, c’est très intellectuel mais vous pouvez comprendre : la promesse de marque de N., c’est de respecter sa peau, son corps, et soi » (véridique). Rien n’allait plus. Si elle ne voulait pas compromettre un peu plus sa santé mentale, il fallait qu’elle agisse.


Elle n’avait pas de robot, mais un bon batteur, pas de poche à douille, mais une chouette cuillère à café, pas de tamis, mais une superbe mini passoire à thé, ni de plaques à pâtisserie, mais, contre vents et marrées, elle décida de se lancer. Contre vents et marrées, car les conditions climatiques n’étaient pas favorables à la réalisation de son dessein.

En effet, en période froide et humide, la population arbore généralement une triste mine, du genre de celles qui font, le matin, hésiter entre se déguiser en GI à l’aide d’un camouflage intégral à base d’anticerne - ce qui n’arrange rien puisqu’il est bien connu que l’anticerne, c’est juste bon pour augmenter l’effet cocker en mal de croquettes – ou en cambrioleur, grâce à une cagoule digne des plus belles années d’école primaire.

Et bien c’est idem pour les macarons ; l’humidité, c’est pas trop leur délire : les macarons de la première fournée s’étaient donc subrepticement travestis en amarettis – très savoureux au demeurant, mais ce n’était pas exactement ce à quoi la pauvre fille s’attendait après des heures de lutte. A ce moment, elle se dit in peto – mais un peu en bougonnant quand même - qu’il était temps de reconnaître les limites de son projet de progéniture. D’arrêter. Tout. Partir.

Mais en fait non. Car, quelle ne fut pas sa surprise quand, le lendemain, elle sortit du four sa deuxième fournée de rejetons, qu’elle avait placé au frais toute la nuit, ayant d’autres chats à fouetter. Une bonne nuit de sommeil leur avait fait le plus grand bien et, mutatis mutandis, ils étaient devenus ce qu’ils devaient être : ronds, lisses, arborant fièrement une collerette à faire frémir Louis XIV.

La suite de l’aventure coule de source : rassérénée par son début de réussite, notre protagoniste ne fit ni une ni deux, empoigna du chocolat blanc, de la crème de soja et du pandan, et concocta sa ganache. Après une attente conséquente, elle assembla son rêve devenu réalité, patienta encore, et observa fièrement sa famille recomposée.

Le mot de la fin
: elle vécut donc heureuse et eut quelques enfants, mais ses petits étaient si bons qu’ils ne firent pas long feu, d’autant que l’ogresse du château d’eau était passée par là. Elle avait mené à bien son idée fixe, et pouvait désormais porter sa maniaquerie sur d’autres projets.


Ok, donc ça, c’est fait.
Maintenant, il me faut remercier chaudement Aurélie de m’avoir décerné un prix fabuleux, celui du Thinking Blogger Award qui, comme elle le dit elle-même, est un prix bidon qui ne sert absolument à rien, mais qui fait quand même bien plaisir, notamment à l’approche de cette période de l’année couramment dénommée «novembre, t'es mieux dans ta chambre», durant laquelle la meilleure chose à faire est d’attendre que le temps passe, que Noël arrive, que le travail se fasse tout seul, en savourant tranquillement l’arrivée de nouveaux épisodes de Desperate Housewives.
A mon tour donc, de décerner le prix à 5 blogs que j’aime, sur la base de zéro critères objectifs, soit un petit mélange de mort de rire et de miam :

- Loukoum de Beau à la Louche (donc j’ignore le prénom et ça commence à me perturber quand même pas mal) : parce que c’est un des premiers blogs que j’ai connu, "il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine", qu’elle me donne presque – presque – envie d’aller à Strasbourg, et que je me demande, mi curieuse mi jalouse : mais comment elle fait pour gérer sa vie, son œuvre et ses recettes ?
- Aurélie (PAS LIGNAC et ça c’est vraiment chouette) de Set de table (5 fois médaillée, wouaou) : parce qu’elle a des problèmes de four, de coulant au thon et de danse du ventre, mais pas que.
- Marion d’ Il en faut peu pour être heureux : parce ça a l’air bon et qu’elle a l’air chouette, en plus d’avoir du vrai pandan.
- Framboiz de Feuille de chou – qui me fait d’autant plus rire qu’il faut trépigner des semaines et des mois pour lire une nouvelle aventure, et qu’elle a des rêves aussi fous qu’aimer les Oréos
- Anaik de Le Confit c’est pas gras : pour le titre, les textes, les recettes, et parce qu’atteindre ce degré de concision, ça m’en bouche un coin.

Le petit copier-coller de rigueur : « Si tu fais partie d'une des personnes récompensées, et seulement dans ce cas, publie un article dans lequel tu feras apparaître à ton tour 5 blogs que tu apprécies beaucoup, avec les liens vers ces derniers pour que l'on puisse les visiter. Fais un lien vers ILKER pour que l'on puisse savoir d'où vient ce prix. »

Bon, là, on touche à la fin. Pour conclure, donc, un petit au revoir puisqu’il n’y aura pas de post la semaine prochaine : je pars quelques jours outre-manche faire semblant que mon boulot se fait tout seul ici, et vérifier le bon état de marche d’une rouquine même pas anglaise. (quoi, j'avais pas besoin de le dire, personne aurait remarqué mon absence, c'est ça que tu veux dire ???)


***
Macarons vanille pandan


Pour 36 macarons – théoriques : comme le lecteur à l’esprit toujours vif l’aura compris, mieux vaut aller directement à la recette originale de Pure Gourmandise

Ganache au pandan

170 g de chocolat blanc de couverture
120 g de crème de soja
15 g d’extrait naturel de pandan

Attention, le chocolat blanc et la crème de soja n’apprécient pas du tout les coups de chaud, d’où :
Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie – à feu très doux, et sans que le fond du récipient ne touche l’eau.
Hors du feu, ajouter la crème de soja et le pandan. Bien mélanger, laisser refroidir et placer au frais jusqu’à durcissement – au moins deux heures.

Coller les coques deux à deux avec une noix de ganache au pandan et placer les macarons au frais une journée.
Engloutir.

Note d’importance primordiale : la ganache au pandan se laisse plus que parfaitement déguster toute seule ou tartinée, pour le plus grand bonheur des membres du Club des Adorateurs du Pandan.

15 commentaires:

  1. J'adore l'humour de ton billet. Tes macarons sont superbes ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. J'ai tout lu, et j'ai tout vu, tu peux être fière des tes macarons, mais je vais vite chercher à aavoir ce qu'est le pandan, honte à moi mais je ne sais pas !
    TRés beau choix pour les "awardés" ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ouf, je viens de rechercher ce qu'était le pandan et j'ai trouvé, notemment gràce à un de tes billets ! Mais quel goût a-t-il?? Il ressemble à celui du matcha?

    RépondreSupprimer
  4. Histoire que tu dormes mieux cette nuit: c' est Pauline :-D

    C' est aussi un de mes blogs préférés, la couleur de ta ganache est incroyable!!

    RépondreSupprimer
  5. je vais rajouter mes nominations à mon CV, on ne sait jamais, ça peut toujours servir :o
    Oui j'ai du pandan dans mes placards, mais à dose homéopathique et pas trop moyen de me ravitailler en esence digne de ce nom avant un moment.
    Mille bravos pour ces collerettes, impressionnantes ! Je crois que je vais laisser crôuter plus longtemps, le succs à l'air de résider là dedans :op

    RépondreSupprimer
  6. je me demandais de qui tu allais donner le décès!! rire!! il sont vraiment superbes!! bravo!! bises micky

    RépondreSupprimer
  7. ils font très Anne d'Autriche comme collerette, je suis sûre que tu tiens un bon filon !

    RépondreSupprimer
  8. Héhé, je pensais que tu allais partir pour toujours, et j'étais déjà au bord de l'agonie. De beaux choix de nomination en tout cas!


    Pour le reste, à savoir l'essentiel et le pandan, ça m'a l'air ma foi assez divin. Je ne suis pas familière de ce genre de matière mais je sens que je vais aimer, je ne sais pas pourquoi. Tes macarons n'ont pas une tronche de cake mais une tronche de quelque chose d"éminement comestible!

    Bises et bon séjour Outre-Manche,

    Lisanka

    RépondreSupprimer
  9. Coucou ma petite cookette masquette!

    Ils ont l'air très appétissants ces macarons rebondis à souhait... comme quoi la nuit porte conseil.

    Bon en tout cas, je m'oppose à ce que tu laisses croupir tes lecteurs pendant deux semaines entières.Trop c'est trop.
    Donc, je te propose un partenariat des plus bloggeste pour éviter cette longue absence.
    Que dirais tu d'une petite recette "Le Cookie Masqué est in the Mood for L" ou comment une pâtissière parisienne réinvente un classique British? (j'ai déjà quelques idées mais je me garderai bien de les divulguer maintenant)
    Alors? Rendez vous pris? Samedi?

    Et qu'en pensent les lecteurs d'ailleurs? Quels sont les classiques british que vous voudriez voir tronchedecakisés?

    RépondreSupprimer
  10. Pour répondre à La Londonneuse : la jelly !! Si t'arrives à tronchedecakiser la jelly, je te dresse un autel ;-)
    Merci en tout cas de m'honorer de ce 5ème award, j'en suis toute chose... m'enfin je garde les pieds sur terre, d'autant que tu viens de me mettre une bonne claquasse dans la tête avec tes macarons-beaux-comme-des-"vrais"-
    alors-que-t'as-zéro-matériel... Quand je pense que moi, j'ose pas franchir le pas. Eh ouais, awardisée mais poule mouillée, l'un n'empêche pas l'autre !
    See U :)

    RépondreSupprimer
  11. Ohhhh, tu veux pas m'emmener dans ta valise????
    Moi j'veux bien être membre des adorateurs de pandan, mais je n'ai pas encore goûté lol!
    Je te pique un macaron pour la route (dans ta valise^^)

    RépondreSupprimer
  12. Super cette idee avec le pandan .. je me tate a retester l'operation macaron, mais ils veulent pas faire de colerette les miens .. booooh .. je vais suivre tes conseils peut etre que ca marchera cette fois

    RépondreSupprimer
  13. La cariockeuse1 novembre 2007 02:54

    Vive londres, les muffins, les cookies, les crumpets, le thé...tout ça quoi mais peut-être pas la com quand même...
    je suis épatée par mon retard sur ces dernières nouvelles et surtout je n'arrive pas à croire que j'ai raté cette putain de tarte au chocolat et marrons ! dans le genre ici il y a un des meilleurs desserts que j'ai jamais gouté : le brigadeiro. C'est un succulent mélange de chocolat et doce de leite, la spécialité d'ici juste gostosa! en tout cas, une experte m'avait dit que la bouffe brésilienne était excellente et moi je confirme donc je vous conseille aussi une petite escapade culinaire vers ici. Bon je ne m'étends pas. mille beijos

    RépondreSupprimer
  14. Heureusement, l’ogresse est là qui veille au grain.2 novembre 2007 01:04

    Tiens, le grain, parlons-en. Il pleut averse, way of speaking, et ce ne sont pas les larges ombrelles, là, ah ah, que vend un vieux monsieur tout blanc, qui empêcheront les poufs de sortir leurs bottillons.
    Cette semaine, dimanche sera gris, la pluie d’rain déjà de longues traînées bleuâtres sur les vitres du pub. Cette semaine, donc, no post, no way, no tout court, way of speaking.
    Ma mission est à peine commencée que j’ai déjà les mains tremblantes, version Goldberg des variations, j’arrête, Keith… A peine commencée, que je sens que je suis loin d’en avoir fini avec cette peur qui monte, monte en moi… jusqu’à m’étouffer petit à petit. Serveur, une autre vodka.
    Que ne m’avez-vous demandé de rester at home, sweet home, tranquille, vous cinq… Pourquoi donc le sort s’acharne-t-il sur moi, pourquoi faut-il que ce soit moi… Après tout, je n’ai qu’une expérience limitée dans le domaine. J’ai dû tuer, à tout casser, deux hommes, dont une jeune fille paraplégique, ce qui ne compte que très peu, pardonnez mon inconscience pour le moins banalement humaine. Ah, ce que je donnerais pour une vodka tranquille, au coin du feu ! Quelques feuilles mortes enrhumées, la salive dégoulinante d’un Yorkshire sur mon pied, un Financial Times serré contre une tasse de bien noir thé …
    Non, il a fallu que cinq dégénérées aillent me supplier de les débarrasser d’une tonitruante encombrante, cuisinière douée de surcroît.
    Ce n’est pas que je n’aime pas les loukoums, quand ils sont à la rose je les adore.
    Ce n’est pas que je n’aie aucun respect pour le chiffre sept, je le trouve au contraire absolument magique.
    J’adore Trenet et les prostituées en général, c’est chose admise dans le milieu, c’est-à-dire l’épicentre.
    Je trouve le chou succulent, quoique source d’une odeur parfois, souvent, désagréable. Genre (vieux) urinoirs mâles (et ce n’est pas que je n’aime pas les mâles……………………..).
    Quant au confit, dieu sait (et c’est bien le seul, comme dirait ce brave Hudson..) combien il fait partie intégrante de mon organisme. Mon foie, mes reins, ma vésicule, ma biliaire, mes cheveux, mes doigts de pied, mes yeux même, c’est du confit, et c’est pas gras, ni grave d’ailleurs.
    Mais, les amies kitchenettes, vous exagérez. Je dois me taper, speaking of way, les embouteillages manchots du tunnel, la Tamise brouillardée comme il se doit (c’est bien un fleuve de cuisinière ça, besides), et la City, et les pubs….. Partout, partout, des pubs, hyperconsommation quand tu nous tiens.
    Bon. Reprenons. Je guette, je guette, mais franchement, là, je trouve pas l’idéal moment. D’abord je me souviens plus : couteau ou balle ? Dans le dos ou frontalement ? Je lui dis pourquoi ?
    Je sais qu’elle a un pressentiment, Martine-les-couettes est déjà au courant pour le testament, mais pour le reste, je lui dis quoi?? Que c’est parce que vous avez peur, parce que vous craignez que son talent n’éclipse le vôtre, que ee goûter signe votre arrêt de mort, que les choc’s pand’ détrônent toutes les mondial victuailles, qu’elle devienne LA star, de Cannes, de l’enchained Canard, de France et de Navarre... ?
    Je lui dis quoi moi ? Qu’entre salon et Covent Garden, entre moderne tête et sketch à la Bigard, je cherche à saisir la place où être, l’instant qui tue, le geste parfait ??
    D’accord. J’ai le hoquet.
    Ce doit être la vodka.
    Ah ! ça y est, j’ai un endroit parfait. Une agence de communication, comme il sied tant à ce pays tout de pubs vêtu, qui se nomme… Delete. Ouais. Rien de moins.
    J’y vais, j’y cours, j’y fly, voire ikéa.
    Je vous tiens in touch, chères five partenaires.

    Take care.

    M. (the maudite)

    RépondreSupprimer
  15. Poche à douille cheap et efficace: ton ami le sac congélation :)

    Mon prénom t'intrigue? :) Ca me fait rire, par contre, je maudis Ellie, j'aurais bien fait du chantage: "mon prénom contre ton passage à Strasbourg"
    En tous cas merci pour la récompense surtout quand je vois au milieu de qui je suis cité

    RépondreSupprimer