dimanche 2 décembre 2007

Qui perd gagne … au Fooding

Mille et un bravo aux gagnants du concours de la plus belle photo culinaire, dont je ne fais pas partie. M'est égal (suis pas mauvaise perdante, nan, pas mon genre, j’accepte la victoire, respecte le mérite et partage la joie de chaque être humain sur terre, avec un sourire sincère), j’ai gagné au jeu du Room Service de la semaine du Fooding.

Première leçon à tirer de cette expérience : la persévérance paye. Enfin paye pas : offre.
Lundi matin, 9h58 : je suis au taquet. Le jeu commence à 10h. Je vérifie l’heure sur site de l’horloge universelle, j’ouvre la page, une autre page Google au cas où besoin d’infos, puis un rapide échauffement des poignets, étirements des phalanges. On est bon. Ça commence, je tape, je coche, je valide, j’attends. Rien. Bon, pas grave, je recommencerais demain.
Mardi matin, 9h58, je suis en cours (incroyable mais vrai. La preuve, j'ai appris, en 4 heures, que le pouvoir d'achat des chinois est en plein développement et qu'ils vont bientôt manger autre chose que du riz, peut-être même des pâtes mais rien n'est joué). Je fais mine de m’étouffer douloureusement, genre comme si un os de poulet s’était soudain matérialisé dans ma gorge, et me rue en salle informatique, où je vire une naine errant sur FaceBook et rejoue la même scène. J’attends … rien.
Mercredi : rebelote. Là, je vois pas comment quelqu’un pourrait me battre, je connais les réponses par cœur, mes doigts sont plus agiles et rapides qu’un troupeau de biches canadiennes. En attendant, je sieste. Au réveil : ah ah ! « Vous avez été rapide et brillante, vous faites donc partie des gagnants du jour » YEAH. (bon allez pour une fois que je gagne quelque chose, laissez moi savourer un peu)
Au fait, qu’est-ce que j’ai gagné ? une nuit pour deux dans un hôtel parisien, ainsi qu’un dîner servi par le room service, assuré par Neneh Cherry, Andi Oliver et Laurence Touitou themselves.
Reste plus qu’à aller cherche les pass et à ce qu’on me donne l’adresse secrète. Là, la gentille dame du Fooding me dit « au fait, ce soir y a les caméras de Paris Première, ça vous dérange pas ? » … oh, ben non, tant qu’à passer une chouette soirée, autant que tout le monde en profite hein.
C’est parti.
Direction un drôle de petit hôtel situé dans le nord ouest de Paris dans un arrondissement situé entre XVI et XVIII. Petit poireautage de rigueur avant d’entrer dans la cuisine, où les trois cuisinières nous accueillent, toute sourire, avec un ti’punch. Puis direction la chambre, une des plus chouettes, selon les dires : c’est petit et cosy, plein de bougies frétillantes partout, et on y passerait bien une petite semaine, entre cheminée et vue sur une cour verdoyante (enfin on devine que c’est vert, parce que là c'est entre gris clair et gris foncé, vu que c'est la nuit).

Un second ti’punch fait son entrée – ‘tain ça arrache un peu quand même ce truc, deux minutes plus tard, une autre boisson alcoolisée (je sens que les photos vont en prendre un coup) – mais y a aussi plein de San Pellegrino (normal c’est le sponsor).

Arrive le dîner : des accras de potiron, une moqueca de poisson et écrevisse (une recette brésilienne avec moult lait de coco et plein de petits légumes miam, servi dans une mini cocotte Staub splendidissime), du riz à l’orange et de la farofa jaune et verte (ça c’est top : de la farine de manioc un peu grillée avec des herbes, miam miam).

Puis toc, toc : « ‘soir, c’est Paris Dernière ! » Hop, spot dans ta face – aïe, ça fait mal, on y voit rien, mais on parle quand même, on blague même, même pas peur de ta grosse caméra, mec. Hop, ayé, partis. « on a été bien là nan ? »

Et hop, on se met à table, hop, du vin arrive, hop, on a déjà un peu trop bu, un peu trop mangé, c’est bon, et la compil’ préparée par Neneh est assez marrante, très 80’s. Hop, le dessert arrive : une tartelette au chocolat et des truffes dont on doit deviner le parfum … mousseux, doux, salé ? Mais qu’est-ce donc ? Du boudin noir : « astucieux, vraiment ! »

Après ça, je sais plus. Je me souviens juste que le lit était tout confort : drap et couette, polochon et oreiller, il satisfaisait tout à fait mes besoins imminents d’allongement. Je crois que l’autre s’est mis en tête d’aller congratuler Neneh et ses potes, mais quand je me suis réveillée, c’était déjà un peu le matin. Titubant hors de la salle de bain, le petit déj est déjà là, et je renonce à saisir l’appareil photo, parce que j'y tiens un peu, même s'il est vietnamien : yaourt, muesli, compote, ananas, papaye, cookies, madeleines, pain, et surtout pain perdu aux tranches de mangues sautées, banane plantain et bacon. Et café. Top.
Je crois que c’est pas une bonne idée d’aller en cours, là tout de suite. (Administration, si tu m'entends, vire moi une bonne fois pour toute, parce que ça me fatigue à un point que t'imagines pas, de devoir me creuser le crâne tout le temps pour trouver une excuse un minimum crédible, genre "Allo ? oui, bonjour l'administration, je voulais juste vous informer de la cause de mon absence d'aujourd'hui : mon chien s'est rebellé, il est parti au marché avec les clés, et comme je lui ai appris à bien fermer la porte derrière lui, je suis stuck à l'intérieur, pendant au moins deux trois jours, c'est bêta hein ?" )

Deuxième leçon à tirer de l'expérience, donc : trop peu de San Pellegrino nuit gravement à la santé.
Top, le Fooding. A l’année prochaine.

Ah et puis dans les nouvelles de la semaine, il y a aussi cette petite interview du Cookie, qui se démasque, un peu.

9 commentaires:

  1. Lol j'aurais fait une drôle de tête si j'avais goûté les truffes au boudin noir!! Vive la honte sur Paris Première ;)
    Le p'tit dej m'a l'air wahou!
    Tu méritais bien de gagner tout ça!

    RépondreSupprimer
  2. Wahou, elle l'a dit, génial le fooding, une leçon à retenir, la persévérance ça paie ! Génial dîner et non moins miamesque petit déjeuner ! Bon on va t'écouter maintenant...

    RépondreSupprimer
  3. Petite veinarde! En même temps, tu t'es bien battue pour la gagner, cette soirée de rêve (sauf pour les truffes au boudin, qui me laissent sceptique...) !

    RépondreSupprimer
  4. Mademoiselle, pour votre culture culinaire, la farofa est partie intégrante de la feijoada, plat indispensable aux brésiliens...ça se mange donc tous les jours dans les rues carioca, comme du petit pain. D'ailleurs super drôle, la farine de blé est ici difficile à trouver face à ces cousines de tapioca, mandioga, manioc...avec qui on essaie de choses culinaires, sans grand succès.

    RépondreSupprimer
  5. Merci le "Cookie Masqué" pour ce nouvel opus de tes aventures gastronomiques ! Mais c'est bien gentil de nous mettre l'eau à la bouche, de disserter sur les désserts et de diverser sur tes divers goûts et préférences, mais à quand la dégustation dont on parlait récemment ?
    En tout cas ne t'arrête pas, et si ça ne tenait qu'à moi, tu l'aurais eu, ton prix de photo culinaire
    A+

    RépondreSupprimer
  6. y a même pas les vidéos de paris derniere sur le site ... je verrais jamais mon premier passage télé :-(
    c'est vrai que les truffes au boudin avait de quoi laisser sceptique ... mais l'idée était là quand même !
    et pr cette dégustation, faut voir, un peu d'organisation ...
    Et merci pr la tranche de culture culinare brazilienne, melle

    RépondreSupprimer
  7. D'accord avec toi sur le talent de Grant Symon (perso, ça me couperait presque l'envie de participer à tout concours de photo culinaire, mais, bon, je sais, faut dépasser ça...),intérêt partagé aussi pour toutes les cuisines (ça me paraissait -bêtement- évident, je me rends compte assez souvent-hélas- que ça ne l'est pas...), et rendez-vous pris pour les délices londoniens, ton enthousiasme à ce sujet est communicatif!

    RépondreSupprimer
  8. Rholala, alors elle ressemble à ça la nana qui se cache derrière le cookie masqué!!!
    C'est elle le petit bout de femme dynamique et plein d'entrain (enfin, pas tous les jours qd même mais souvent) que je découvre au fil de Tronche de Cake. Je viens de lire ton interview sur 750g.com. T'es aussi bavarde dans la vie? ;-D
    Non, je plaisante, j'adore les gens bavards mais seulement quand ils sont intéressants... et je te fais une belle déclaration dans mon dernier billet sur ce sujet-là!!!
    ;-D
    Pandan addict tu es, pandan addict je suis devenue!!!
    J'espère que tu viendras me laisser un petit comm'!!!

    Tu sais qd sera diffusée l'émission de Paris Dernière dans laquelle tu feras tes 1ers pas dans la jet-set? Je suis une couche-tard et tombe parfois dessus donc ce serait l'occasion de voir et de te juger sur ta prestation!!!
    Bizzzzz,
    Alexandra.
    http://tinyetcarot.canalblog.com/

    PS: je parle de brunch dans mon billet que je te dédicace... je t'en parlerai plus longuement plus tard.

    RépondreSupprimer
  9. excellent ce p'tit billet ;) moi aussi les truffes au boudin noir ça m'intrigue...

    RépondreSupprimer